Quelles sont les meilleures techniques pour enchérir aux enchères immobilières ?

Les ventes aux enchères immobilières peuvent être des situations stressantes où il est facile de se laisser entraîner dans le drame, et si vous ne faites pas attention, vous risquerez de payer une propriété plus chère que vous ne l’aviez prévu. Mais heureusement, il existe quelques stratégies que les acheteurs peuvent utiliser pour obtenir la propriété au prix le plus bas. 

Vous vous rendez à une vente aux enchères immobilières ? Voici les conseils qui vous permettront de prendre de l’avance sur la concurrence.

Comment prendre le contrôle lors d’une vente aux enchères ?

Bien que les conditions du marché et les fondamentaux de la propriété aient l’impact le plus significatif sur le prix, le contrôle de l’offre peut affecter le résultat final. Le fait que le commissaire-priseur lève le marteau signifie qu’il essaye de convaincre les enchérisseurs et que la propriété est sur le point de se vendre.

Il est recommandé d’arriver tôt à la vente pour choisir le meilleur point de vue et, surtout, pour déterminer le nombre d’enchérisseurs inscrits. S’il y a 20 enchérisseurs par exemple, vous pouvez décider d’ouvrir avec une offre élevée pour décourager les autres, car une offre d’ouverture supérieure au prix maximum de la plupart des acheteurs peut immédiatement réduire le nombre d’enchérisseurs. En arrivant tôt, vous aurez le temps d’examiner la concurrence.

L’augmentation des enchères peut dynamiser le rythme

Selon un commissaire-priseur, éviter les chiffres ronds est une stratégie qui peut fonctionner correctement pour les acheteurs. Si vous pouvez modifier le rythme de la vente aux enchères en enchérissant par incréments impairs, cela laisse vos concurrents dans l’incertitude, et cela rend plus difficile pour le commissaire-priseur d’additionner ces chiffres.

Les ventes aux enchères se développent sur une base dynamique, et le contrôle du rythme des enchères est la clé pour maintenir les prix bas. Si vous voulez contrôler les augmentations, la première enchère que vous faites peut être en dessous d’un chiffre rond. Ne commencez pas à enchérir à 80 000 euros. Par exemple commencez à 79 500 euros, car  les enchères seront alors plus susceptibles de se poursuivre par tranches de 500 euros plutôt que de 1 000 euros.

Enchérir par incréments irréguliers peut aider à ralentir le rythme d’une enchère. Mais il est important d’enchérir gros à la fin de la vente aux enchères. Disons que votre limite est de 85 000 euros, que l’enchère est à 84 000 euros et qu’elle a augmenté par tranches de 1 000 euros, pour atteindre directement 85 000 euros. Cela montre que vous êtes confiant et que vous avez au moins la possibilité de placer une enchère à son montant maximum. De même, lorsqu’il s’agit de fixer le budget, il est  recommandé de viser légèrement au-dessus des chiffres ronds.

La plupart des gens décident par tranches de 5 000 ou 500 euros. Si vous décidez que 85 000 euros est votre budget, vous pouvez aller jusqu’à 85 300 ou 85 600 euros, mais c’est une décision que vous devez prendre avant de commencer à enchérir.

Soyez attentifs au langage corporel

Comprendre comment les enchérisseurs se comportent lors d’une vente aux enchères peut révéler quand un acheteur atteint sa limite. Par exemple, les couples se dévoilent par une discussion en plein milieu de la séance d’enchère ou un appel téléphonique si l’autre partenaire n’est pas présent, ou même un contact visuel entre eux.

Pour contrôler ces signes, il est essentiel de fonder son offre maximale sur la diligence raisonnable plutôt que sur les émotions, d’avoir confiance en sa décision et d’être prêt à s’en aller. Si vous vous rendez à la vente aux enchères avec conviction, cela se verra dans votre langage corporel et vos concurrents pourront également le lire. Un contact visuel avec un partenaire peut être le signe que les enchérisseurs approchent de leur limite.

La lecture du langage corporel de la compétition permet aux acheteurs de savoir quand faire une enchère à élimination directe. S’ils se regardent, c’est le signe qu’ils sont venus à la vente aux enchères avec un chiffre préconçu, et qu’ils sont soit à ce chiffre, soit proches de celui-ci. C’est le moment où, en tant qu’acheteur, vous devriez augmenter vos paliers. L’acheteur peut mettre 30 secondes ou une minute pour faire une offre, et il espère que vous n’en ferez pas une autre. Si vous parvenez à anéantir leurs espoirs immédiatement avec une contre-offre, cela leur envoie le message qu’ils ne vont pas l’acheter.

Ne tombez pas dans les pièges du commissaire-priseur

Vous devez savoir aussi que les commissaires-priseurs utilisent certaines techniques pour inciter les acheteurs à continuer à faire monter le prix. Quand vous entendrez « une fois », « deux fois », « trois fois » de la part du commissaire-priseur, cela veut dire qu’il encourage une offre pour quelqu’un. C’est une incitation d’urgence qu’ils utilisent fréquemment. Lorsque vous êtes un enchérisseur engagé, vous avez automatiquement cette crainte de passer à côté.

Les commissaires-priseurs utilisent de multiples stratégies pour créer un sentiment d’urgence. Entre autres, les commissaires-priseurs utilisent leur propre langage corporel pour encourager une autre enchère en faisant croire aux acheteurs que la propriété est sur le point d’être vendue.

« Le fait de saisir le marteau fait croire que l’offre maximum est atteint et que nous sommes sur le point de vendre », affirme un commissaire-priseur. Les acheteurs inexpérimentés pourraient vouloir éviter de faire une offre pour éviter les erreurs dans le feu de l’action.

Si vous êtes intimidé par le processus d’enchères, votre meilleure stratégie pourrait être de faire appel à quelqu’un d’autre pour enchérir à votre place, que ce soit un ami, un membre de votre famille ou un professionnel. Vous devez demander à quelqu’un qui a de l’expérience non seulement en matière d’enchères, mais aussi sur le marché.